Radioactivité & environnement

Analyse des gaz rares jusqu’à l’échelle des ultra-traces, avec des domaines d’applications très variés (matériaux du nucléaire, géochimie, etc.).

Etudier les interactions entre microorganismes (principalement bactéries) et éléments radioactifs dans l’environnement (de leur isolement à des stratégies de bio-décontamination).

RADEN

RADEN est une équipe qui conduit des recherches principalement en relation avec l’énergie nucléaire et l’environnement au sens large. Nos travaux sont séparés en deux activités : d’un côté la quantification des gaz rares par spectrométrie de masse et de l’autre la microbiologie des environnements contaminés en métaux et éléments radioactifs.

Analyse par spectrométrie de masse des isotopes de gaz rares jusqu’à l’échelle des ultra-traces

 

Interactions entre bactéries et éléments radioactifs dans l’environnement.

 

Développement de techniques de bio-remédiation de radioéléments et métaux.

RADEN |
RADEN |
RADEN |
RADEN |

Gaz rares

Les études s’appuyant sur la mesure des gaz rares (He, Ne, Ar, Kr et Xe) sont réalisées sur la plateforme PIAGARA | Plateforme Interdisciplinaire pour l’Analyse des GAz Rares en Aquitaine.

Nous développons et réalisons ainsi des mesures des isotopes de gaz rares jusqu’à l’échelle des ultra-traces (jusqu’à 10-18g/g) pour des applications de recherche très variées.

Les principaux travaux que nous menons sont les suivants :

  • Etude des cinétiques et mécanismes de diffusion des gaz rares dans des matériaux du nucléaire (combustible UO2, absorbeurs neutronique B4C, aciers ODS, etc.).
  • Développement d’une ligne instrumentale pour la mesure des isotopes radioactifs du krypton (85Kr et 81Kr) comme traceurs de l’activité nucléaire ou pour la datation des eaux souterraines & glaces.
  • Etudes en géochimie/cosmochimie : Détermination de paléotempératures, Histoire d’irradiation des météorites, Paradoxe du xénon manquant

Microbiologie

Nos recherches concernent l’impact de la radioactivité sur la structuration des communautés bactériennes de l’environnement, leur diversité métabolique et les interactions possibles entre certains microorganismes et des éléments radioactifs et métalliques

Ce travail très pluridisciplinaire s’appuie sur des méthodes de microbiologie pasteurienne, de biologie moléculaire, de radiochimie et de chimie analytique.

Les principaux travaux menés en ce moment sont principalement en lien avec la Zone-Atelier « Territoires uranifères dans l’arc hercynien : Vie sous rayonnement ionisant d’origine naturelle » (ZATU) et sont les suivants :

  • Etude de l’impact de la radioactivité d’origine naturelle (par l’étude de sources minérales naturelles d’Auvergne plus ou moins chargées en uranium) et anthropique (par l’étude de l’environnement d’une ancienne mine d’uranium du Puy de Dôme) sur les communautés de microorganismes dans des hydrosystèmes.
  • Etude des interactions diatomées/bactéries attachées dans un environnement particulier représenté par les sources minérales naturellement radioactives.
  • Recherche de solutions innovantes de bioremédiation de métaux et de radionucléides

Thèses

par Marie-Lyne AMANY - en cours

Etude du comportement des gaz de fission et des défauts dans le combustible UO2 et MOX / Study of fission gas and irradiation defects behaviors in UO2 and MOX fuels. 

par Igor RZEPLINSKI - en cours

Chimie du Xénon et du Krypton sous pression: contextes planétaires et nucléaires / Xenon and krypton chemistry under pressure: planetary and nuclear contexts.