Pôle Astro-Neutrino

Observer les rayonnements gamma de haute énergie et étudier les propriétés des neutrinos pour mieux comprendre l’évolution de notre Univers.

membres

chercheurs et enseignants

ingénieur

chercheur émérite

chercheur bénévole

doctorants

Le pôle Astro-Neutrino est composé de deux équipes de recherche, l’équipe Astroparticules et l’équipe Neutrino. A travers l’observation des rayonnements gamma de très haute énergie et l’étude des neutrinos, les deux groupres tentent de mieux comprendre la physique liée à ces particules et son impact sur l’évolution de notre Univers.

Nos activités s’accomplissent principalement dans le cadre de projets scientifiques nationaux et internationaux impliquant les groupes de recherche du CENBG en y alliant des activités de transfert.

Ces recherches ont aussi pour point commun d’être structurées autour de grands instruments : détecteurs souterrains, télescopes au sol ou satellites, dans le cadre de projets internationaux se déroulant souvent sur plusieurs dizaines d’années.

COORDINATRICE

Christine MARQUET

Responsable groupe ASTRO

Thierry REPOSEUR

Responsable groupe NEUTRINO

Anselmo MEREGAGLIA

Astroparticules

Etude de l’Univers à partir des rayonnements gamma de très haute énergie.

Le groupe Astroparticules étudie les rayonnements gamma de très haute énergie afin de mieux comprendre les mécanismes d’accélération des particules composant le rayonnement cosmique.

L’astronomie gamma, qui est un domaine récent dans notre histoire, a permis d’ouvrir une fenêtre privilégiée sur les phénomènes de haute énergie dans l’Univers. Au-delà de quelques dizaines de MeV les phénomènes physiques mis en jeu ne peuvent plus être d’origine thermique ni liés aux propriétés des noyaux atomiques.

Neutrino

Comprendre les propriétés du neutrino, particule de matière la plus abondante de l’univers.

Le groupe est impliqué dans deux axes de recherche.

L’étude de l’oscillation entre les 3 types de neutrinos et la recherche de la désintégration double bêta sans émission de neutrinos (ββ0ν). L’enjeu est de compléter le Modèle Standard Minimal de la physique des particules mis en défaut par l’observation des oscillations à la fin des années 90 en étudiant les paramètres d’oscillation, la nature (neutrino et antineutrino identique ?) et la masse des neutrinos.