Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Services administratif et techniques > Electronique & Acquisition > Réalisations et Projets >


- TRANSPAC :

Les signaux issus de détecteurs gazeux tels que la TPC qui a été utilisée pour mettre en évidence la radioactivité dite 2 protons recouvrent une large gamme d’énergie. Le domaine de linéarité des préamplificateurs de charge généralement intégrés dans les asics dédiés à ces détecteurs est trop réduit pour assurer le traitement de toute leur dynamique. Afin de pouvoir s’affranchir des effets de saturation dus aux faibles valeurs des tensions d’alimentation des circuits intégrés, le passage à une chaîne de traitement analogique en mode courant a été entrepris.

Nous avons débuté l’étude d’un circuit intégré incluant une chaine de traitement analogique (pré amplification et filtrage) en mode courant. Cette étude fait partie de la Recherche & Développement propre au service électronique&acquisition. La caractérisation d’une telle chaîne composée d’un convoyeur de courant à sorties multiples en technologie BiCMOS et de filtres à base d’amplificateurs opérationnels du commerce a été réalisée afin de valider le principe de ce traitement. L’étude de toute la chaîne en mode courant et en technologie CMOS est en cours.

JPEG - 18 ko
Caractérisation de la chaîne avec convoyeurs BiCMOS (sigma=bruit rms, SNR=56k avec INL<5%)

- GET General Electronics for Time projection chambers :

Ce projet est le fruit d’une collaboration entre le CENBG, le CEA IRFU, le GANIL et le NSCL. Il a pour vocation le développement d’un ensemble matériel et logiciel générique pour les expériences de physique nucléaire utilisant des chambres à projection temporelle (TPC) à granularité importante (plusieurs dizaines de milliers de canaux). Le CENBG a la responsabilité du développement de l’ensemble front end AsAd qui héberge 4 ASICs AGET (développement IRFU), le système de conversion A/N et la logique de contrôle. Au final, GET offre la possibilité de traiter 30720 canaux issus d’une TPC sur une gamme de signaux allant de 100 fC à 10 pC pleine échelle avec un temps mort inférieur à 1 ms.

- ALEA :

ALEA est un système d’acquisition numérique compact et "plug and play". Son objectif est de remplacer le traditionnel couple PC/carte d’acquisition numérique par un système électronique très réduit et de faciliter son usage par une meilleure interopérabilité avec les différents systèmes informatiques des utilisateurs. Pour ce faire, ALEA associe les technologies informatiques du Web les plus employées avec les technologies des systèmes électroniques pour l’embarqué.

JPEG - 41.6 ko
ALEA version 4 Codeurs et contrôle de process

- SAGE :

Différents groupes de recherche ont des besoins similaires en termes de systèmes d’acquisition de données pour leurs expériences. Une solution convergente a été mise en place depuis 2006 afin de mutualiser un savoir-faire autour d’un outil commun. La solution retenue est l’adoption du système d’acquisition qui a été développé au GANIL, pour lequel une version « mobile » est disponible (SAGE, Système d’Acquisition Ganil Externe). Sa modularité permet la mise en place d’acquisitions allant de quelques voies de codage a quelques centaines, avec une large gamme de modules différents, une simplicité d’utilisation et un cout raisonnable. Le système est basé sur l’utilisation d’un processeur, embarqué sur une carte CPU VME8, permettant de traiter des données issues de modules de différents standards : VME, VXI ou CAMAC. L’interface entre l’expérimentateur et le processeur d’acquisition est assurée par une station de travail autonome, en connexion directe avec le processeur VME. Cette station, équipée d’un système d’exploitation Linux, dispose d’un ensemble de programmes permettant la configuration, le fonctionnement, et le contrôle en ligne du système d’acquisition, ainsi que la sauvegarde des données enregistrées sur différents types de support de stockage informatique.

JPEG - 36.8 ko
Interface DAS acquisition SAGE

- TPC2 :

Le projet s’inscrit dans la continuité du projet TPC. Il s’agit désormais d’améliorer la résolution du premier détecteur et de faciliter la reconstruction des traces afin d’étudier d’autres phénomènes de désintégration similaires à la radioactivité 2p du 45Fe ou du 54Zn. Pour atteindre cet objectif, la structure du plan de détection de la TPC, précédemment segmenté en strips, doit évoluer en une organisation matricielle de pads. Le besoin d’une surface de détection à haute densité de pads (environ 16 000 pads de surface inférieure à 4mm²) s’exprimant au delà du cadre strict de ce projet, l’étude de ce dispositif s’effectue au sein de la collaboration ACTAR.

JPEG - 11.2 ko
Structure du plan de détection