Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Séminaires > Année 2010 > Sommes-nous à un CLIC de l’accélérateur du futur ?


Sommes-nous à un CLIC de l’accélérateur du futur ?

Mathias Gerbaux, Groupe Noyaux Exotiques du CENBG
Vendredi 26 mars 2010 à 10h30 - Salle des Séminaires

Le Compact LInear Collider (CLIC) est un projet de collisionneur linéaire e+-e- à une énergie maximale de 3 à 5 TeV. Il est actuellement au stade de la preuve de principe et doit délivrer un « Conceptual Design Report » au dernier trimestre de cette année. Les concepts clés du CLIC sont pour l’heure testés sur l’installation CTF3 (CLIC Test Facility, troisième du nom) au CERN.

Le CLIC comporte nombre de points novateurs (accélération à deux faisceaux, très fort courant dans un des deux faisceaux, augmentation de l’intensité par recombinaison des paquets d’électrons, etc.) dont l’un des plus critiques et le très fort gradient accélérateur dans les structures accélératrices. En effet, pour que la longueur totale de l’accélérateur reste « raisonnable » (< 50 km !), le champ accélérateur doit être de l’ordre de 100 MV/m. Un tel gradient est hautement propice à des phénomènes de claquages (formation d’un plasma absorbant l’onde RF) qui dégradent les propriétés du faisceau accéléré et doivent donc être au maximum évités.

L’exposé commencera par une présentation de quelques notions de physique des accélérateurs suivie d’une description générale du projet CLIC et de CTF3 avant de s’intéresser plus en détails aux expériences à haute puissance (jusqu’à 40 MW) dans des structures accélératrices radiofréquence 12 et 30 GHz.