Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Thématiques de recherche > Aval du cycle et Energie Nucléaire > Activités > Le cycle du thorium > Rapport alpha


Rapport alpha

La difficulté principale de la mesure du rapport \alpha de l’^{233}U (le rapport \alpha est le rapport des sections efficaces σ(capture)/ σ(fission)) réside dans la séparation des rayonnements γ associés à la réaction ^{233}U(n,γ) de ceux provenant de la fission qui sont des rayonnements parasites.

  • Un prototype de chambre d’ionisation permettant d’identifier les rayonnements γ venant des fragments de fission a été réalisé et testé auprès de l’accélérateur AIFIRA du CENBG. L’efficacité de détection de la fission dépasse les 90% et la résolution temporelle du dispositif est de 2ns.



    Photo du dispositif : la chambre d’ionisation est placée dans l’axe du faisceau et le détecteur C_{6}D_{6} se trouve à 90°



  • Le détecteur C_{6}D_{6} sert à compter les rayonnements \gamma émis, selon la méthode expliquée dans l’article Capture radiative ^{233}Pa(n,gamma).
    Le détecteur final devrait contenir 2 mg de ^{233}U distribués sur cinq cibles de 0.4mg. Ces cibles seront fabriquées par les radiochimistes de l’IPN Orsay. Une première série de mesures est programmée sur l’une des bases de temps de vol de l’accélérateur GELINA de l’IRMM de Geel. Le dispositif consistera en un ensemblage de 10 détecteurs gamma de type C_{6}D_{6} entourant la chambre d’ionisation qui travaillera en veto pour éliminer les rayonnements gamma provenant de la fission. Pour simuler la géométrie, nous utilisons le code MCPN auquel on a associé l’interface MURE.