Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Séminaires > Année 2008 > Performances des bolomètres refroidis à très basse température ....


Performances des bolomètres refroidis à très basse température ....

Pierre de Marcillac, Institut d’Astrophysique Spatiale d’Orsay
Vendredi 18 Janvier 2008 à 10h30 - Salle des Séminaires

Performances des bolomètres refroidis à très basse température : de la spectroscopie haute résolution à la recherche d’événements rarissimes

Les bolomètres refroidis à très basse température (T<100mK) sont probablement parmi les détecteurs d’avenir les plus prometteurs : des pouvoirs de résolution meilleurs que le 1/1000ème sont à présent obtenus en laboratoire en spectroscopie X, gamma, alpha. Des seuils de quelques keV et des résolutions du même ordre de grandeur sont rapportés dans des cibles de l’ordre du kilogramme en en faisant des détecteurs de choix pour la recherche d’événements rares (détection de la matière noire, désintégration double bêta sans neutrino, désintégrations naturelles alphas). Des bolomètres performants dédiés à la spectroscopie de neutrons rapides apparaissent. Les principes de détection seront brièvement exposés et un tour de table ?non exhaustif- des meilleurs résultats et de quelques expériences en cours (EDELWEISS dans les Alpes, ROSEBUD dans les Pyrénées, CRESST et CUORE dans les Abruzzes) permettra d ?illustrer leurs propriétés. L ?accent sera mis sur le développement récent de bolomètres scintillants dont les capacités de discrimination des particules ont permis à mon équipe de révéler, sans blindage particulier, la très faible radioactivité naturelle alpha du bismuth (209Bi, avec une durée de vie de T1/2=1.9 1019 ans).