Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > La plateforme AIFIRA > La plateforme AIFIRA > Les lignes de faisceau > La ligne de faisceau extrait


La ligne de faisceau extrait

La ligne de faisceau extrait représente l’unique moyen d’analyser les échantillons les plus fragiles ou le plus volumineux. En effet, elle permet l’analyse directe d’un objet à l’air ambiant donc sans mise sous vide, mais aussi sans nécessité de prélèvement d’une partie de cet objet. Elle a été élaborée en premier lieu pour l’analyse de roches obsidiennes provenant de sites de fouilles archéologiques.

 

JPEG - 4.5 Mo
Dispositif de fin de la ligne du faisceau extrait

 

Description du dispositif d’analyse

 

Le dispositif situé en fin de ligne (nez) est conçu pour collimater et extraire le faisceau à l’air libre sur quelques millimètres de distance. Le design du nez a récemment évolué pour y intégrer deux jonctions Silicium (dont un annulaire) nécessaire à l’analyse RBS et au suivi du nombre de particules arrivant sur l’échantillon. Une fenêtre mince assure l’interface entre le vide de la ligne et l’atmosphère extérieure. Elle peut être en kapton ou en Si3N4 selon les besoins analytiques. Une platine mobile (Table ISEL) permet d’approcher l’objet au plus près du point de focalisation du faisceau.

 

JPEG - 1.5 Mo
Nez du faisceau extrait associé aux deux détecteurs PIXE

 

Les techniques employées sur la ligne

 

L’analyse la plus courante consiste à collecter à l’aide d’un ou de deux détecteur(s), les rayons X émis lors de l’interaction du faisceau d’ions avec l’échantillon (PIXE). Un circulation d’Hélium dans le volume d’analyse est alors nécessaire pour limiter au maximum les signaux parasites relatifs à l’ionisation de l’air par le passage du faisceau d’ions. Il est également possible d’associer à l’analyse PIXE, la détection des particules rétrodiffusées (RBS).

 

Publications

 

    2014

F.-X. Le Bourdonnec et al. Nuc. Instr. Meth. B, sous presse

C. Lugliè et al. La Memoria Del Passato. Castello Di Annone Tra Archeologia E Storia. In : Archeologiapiemonte (2014) 2, 333. M. Venturino Gambari (Ed.), Linelab Edizioni, Alessandria.

C. Lugliè et al. San Ciriaco Di Terralba. The Culture And Its Role In The Spread Of Farming In Neolithic Sardinia. In : Proceedings Of The International Conference (2015), in press. C. Lugliè (Ed.), British Archaeological Reports, I.S.

    2013

F.-X. Le Bourdonnec et al. Origine de l’obsidienne des sites SHM-1 et SHM-12 (Hergla, Tunisie), in Le capsien de Hergla. Culture, environnement et économie. S. Mulazzani (Ed.), Africa Magna Verlag, Frankfurt, 240-244 (Reports in African Archaeology 4).