Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Thématiques de recherche > Aval du cycle et Energie Nucléaire > Activités > Le cycle du thorium > Fission 233U(n,f)


Fission 233U(n,f)

Le travail effectué au CENBG s’insère dans une campagne de réévaluation de la section efficace de fission ^{233}U(n,f) dans le domaine des neutrons rapides (1-6,5 MeV). Il est possible de mesurer cette section efficace à partir du nombre de fragments de fission détectés, du flux de neutrons envoyé sur la cible et du nombre de noyaux cible.

  • Les fragments de fission sont détectés par 2 cellules photovoltaïques.
  • Le nombre de noyaux cible est déterminé à partir du nombre de particules α de décroissance de
    l’^{233}U mesuré à l’aide d’un compteur silicium.
  • L’estimation du flux de neutrons est la mesure la plus délicate, le flux de neutrons peut être déduit de l’activité de cibles témoins (comme des feuilles d’or ou du taux de fission de l’^{235}U), ou à partir de la diffusion élastique (n,p) des neutrons sur un milieu hydrogéné type polypropylène de quelques microns d’épaisseur. C’est cette dernière méthode qui a été utilisée car la section efficace de diffusion (n,p) est connue avec une précision bien meilleure (1%) que celle des autres réactions énoncées ci-dessus. Les protons sont détectés par une jonction silicium à barrière de surface.

GIF - 101.9 ko

DISPOSITIF EXPERIMENTAL