Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Documentation > Film documentaire sur les applications des faisceaux d’ions


Film documentaire sur les applications des faisceaux d’ions

"Des faisceaux pour les Hommes, les ions en action"

Ce document en Version PDF imprimable.

La bande annonce du film

Le film « Des faisceaux pour les Hommes, les ions en action » est un documentaire de 52 minutes qui a été réalisé à l’occasion de l’inauguration d’un nouvel accélérateur à faisceaux d’ions au Centre d’Etudes Nucléaires de Bordeaux-Gradignan.

JPEG - 30 ko

Cet accélérateur est la 4ième machine de ce type installée dans le monde et constitue l’outil principal de la plate-forme AIFIRA (Applications Inter-disciplinaires de Faisceaux d’Ions en Région Aquitaine).

Ce documentaire s’adresse à un large public. Il a été conçu tout particulièrement comme un outil de vulgarisation qui aborde des domaines scientifiques utilisant ces ions accélérés dans le but de répondre à des questions ou des problèmes présents dans la vie quotidienne des hommes.

De par la vocation interdisciplinaire de la plate-forme AIFIRA, le film parcourt ces domaines avec pour objectif de montrer que les disciplines concernées sont très variées. Il commence par le traitement des déchets nucléaires grâce aux faisceaux de neutrons rapides qui seront disponibles auprès de cette plate-forme et se termine par l’archéologie. Il passe par des thématiques où les faisceaux d’ions utilisés sont de taille micro voire nanométrique comme la biologie avec notamment la recherche anti-cancer, les nouvelles sources de lumière et les bio-matériaux. Il aborde aussi des questions relatives à la pollution atmosphérique, la radioactivité naturelle et les méthodes de datation.

JPEG - 9.3 ko
Inauguration de l’accélérateur
Visite des personnalités

Un DVD a été édité en mille exemplaires. Il contient le film proprement dit ainsi qu’un clip-annonce de 3 minutes qui permet d’avoir un aperçu des sujets traités dans le film. Cent cinquante exemplaires du DVD, ont été distribués à des représentants de l’Etat, du monde Politique, du monde Scientifique, du monde Socio-économique. Ils ont accueilli ce travail avec beaucoup d’enthousiasme Trois cent cinquante exemplaires du film ont également été distribués dans le cadre de la Fête de la Science lors de journées « Portes Ouvertes au CENBG ». Enfin il a été abondamment distribué dans les lycées et les associations qui viennent visiter régulièrement le laboratoire.

Le réalisateur

Le réalisateur du film est Serge Bordères du CENBG. Il est ingénieur informatique au CENBG. Réalisateur amateur de documentaires de voyages, il a appris au fil du temps les techniques de tournage et de montage vidéo.

JPEG - 2.5 ko
Serge Bordères

Témoin des recherches dans lesquelles il est impliqué de par son travail, il a eu envie d’utiliser sa passion pour expliquer le monde des faisceaux d’ions le plus simplement possible au grand public. Au-delà des aspects techniques vidéo, son travail a consisté à gérer tous les aspects du film : études des différents thèmes abordés, scénarisation, gestion de la logistique, travail avec les « acteurs ».




Les intervenants

cliquez pour agrandir



Quatorze personnes interviennent dans le film pour aborder neuf thèmes de recherche qui s’appuient sur l’utilisation de faisceaux d’ions. Il s’agit de :
- 10 chercheurs issus de 7 laboratoires,
- Un ingénieur en instrumentation,
- Un ingénieur d’études et communication de l’agence AIRAQ chargée de la surveillance de la qualité de l’air en Aquitaine,
- Un doctorant,
- Une lycéenne.






Les laboratoires, atelier et agence participants

CENBG-Centre d’Etudes Nucléaires de Bordeaux- Gradignan. ARCANE-Atelier Régional de Caractérisation par Analyse Nucléaire Elémentaire.
AIRAQ-Agence de surveillance de l’AIR en Aquitaine. DYMSET-DYnamiques des Milieux et des Sociétés dans les Espaces Tropicaux.
CNAB-Chimie Nucléaire Analytique et Bio-environnementale. IXL-Laboratoire d’étude de l’intégration des composants et systèmes électroniques.
LPC-Laboratoire de Physique Corpusculaire. CRP2A-Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie.

Les thèmes de recherches

Tout au long du film P.Moretto, chef de projet AIFIRA, répond aux questions de Marine Bordes. Les réponses sont des introductions aux thèmes de recherches suivants.

La transmutation des déchets et l’énergie du futur.
Bernard Haas.
Replacés dans le contexte électro-nucléaire et législatif de la France, B.Haas aborde le principe de la transmutation des déchets nucléaires pour en réduire la période radioactive ainsi que les recherches sur les combustibles innovants pour l’énergie nucléaire du futur.
L’étude des rayonnements de faibles doses sur les cellules humaines
Hervé Seznec
Les rayonnements radioactifs naturels sont partout présents dans notre environnement. Ces doses, aussi faibles soient-elles, méritent d’être étudiées afin d’en connaître les effets réels à long terme sur la santé et notamment sur le développement potentiel de cancer.
Etude de la pollution atmosphérique notamment, des poussières fines
Hervé Guégan, Florence Campagne
Tous les jours nous respirons des poussières fines de diverses origines et plus ou moins nocives. H.Guégan explique comment il les analyse et développe une méthodologie pour en connaître la source et ce, en s’appuyant, notamment, sur l’agence de surveillance de l’air en Aquitaine.
Le fonctionnement d’un accélérateur
Laurent Serani
Comment à partir d’atomes neutres, un accélérateur fabrique des ions, les organise en faisceaux et les dirige ?Quels sont les processus physiques déclenchés au niveau des atomes lorsque ces faisceaux atteignent leur cible ?Comment ces propriétés sont utilisées pour mener à bien des recherches aussi diversifiées ?
Les méthodes de datation au travers de l’étude des spéléothèmes
Richard Maire, Richard Ortega, Thomas Bacquart
Au fond du gouffre de la Pierre Saint-Martin, on a trouvé des stalagmites dans lesquelles la répartition de l’uranium naturel n’est pas normale. A partir de cette constatation des recherches ont montré que la méthode de datation dite uranium-thorium peut dans certains cas donner des réponses fausses.
Les sources solides de lumière
Lionel Hirsch
Les diodes électro-luminescentes envahissent notre quotidien. De plus en plus performantes elles sont également peu consommatrices d’énergie.Lionel Hirsch explique les enjeux de ces développements et pourquoi un accélérateur est utile dans leur mise au point.
Les bio-matériaux
Edouard Jallot
Les bio-matériaux sont utilisés pour la fabrication de prothèses humaines (hanches, genoux...). Il est important de connaître comment ces nouvelles matières s’intègrent dans le corps humain et notamment comment s’établit le lien physico-chimique avec les cellules naturelles.
L’Etude de l’action des médicaments anti-cancéreux par visualisation en 3D des cellules (micro-tomographie)
Claire Habchi, Richard Ortega
Grâce à un accélérateur de particules on est capable de construire des images en 3D de cellules vivantes par un procédé appelé « micro-tomographie ». Grâce à cette visualisation il est possible d’étudier l’action des médicaments anti-cancéreux à l’intérieur même des cellules.
La route des obsidiennes
Gérard Poupeau
Les obsidiennes sont des pierres volcaniques que les hommes ont utilisées depuis très longtemps dans leurs activités. Grâce à l’analyse d’échantillons prélevés dans divers sites archéologiques dans le monde, on a pu retracer les zones de distribution de ces pierres et de là en déduire les zones d’influences des populations qui vivaient dans ces régions.

Le scénario et la réalisation

Compte tenu de la cible grand public, l’ambition du scénario était de présenter ces recherches sous la forme la plus accessible possible tout en gardant la justesse scientifique, et de maintenir l’attention jusqu’au bout. Il était donc important que ce soit les chercheurs spécialistes de chaque domaine qui s’expriment. Mais il était aussi important d’introduire un personnage auquel le public puisse s’identifier et qui aide à la vulgarisation de l’ensemble.

Ce personnage qui vient visiter le CENBG au moment de l’installation du nouvel accélérateur est incarné par une jeune lycéenne. Tout au long du film s’enchaîne une série de questions-réponses. Ces réponses permettent de faire des transitions vers les séquences qui traitent d’un des domaines précédemment mentionnés.

Chacune des séquences est en soi un mini scénario dans lequel un ou deux intervenants expliquent leurs recherches. Ces interventions ne sont pas improvisées mais ont été préparées au préalable afin que des documents ou animations puissent être utilisés en plan de coupe en illustration des propos et ce de la façon la plus dynamique, pédagogique et intéressante pour le spectateur. Tout a été fait de façon à ce que ces explications et illustrations se suffisent à elles-mêmes pour ne pas avoir à ajouter un commentaire « off » supplémentaire.

La réalisation de ce film s’est faite en plusieurs étapes :

· Origine et préparation

Dans le cadre de la communication accompagnant l’installation de l’accélérateur du centre, la direction et le chargé de communication du CENBG ont proposé à S.Bordères de réaliser ce film. Il a alors réuni quelques conseillers scientifiques du laboratoire (chercheurs et ingénieurs) afin de déterminer les sujets qui devaient être traités et identifier les spécialistes de chaque domaine pour solliciter leur participation au projet.

· L’écriture du scénario.

Puis chacune des séquences a fait l’objet d’une préparation minutieuse entre le réalisateur et chacun des intervenants afin d’adapter les propos au format audio-visuel et de s’inscrire dans le scénario général (minutage, dynamique, éviter les répétitions d’un thème à l’autre...). La plupart des personnes n’avaient jamais eu l’occasion de parler devant une caméra ou de participer à un film.

· Le tournage.

Le tournage a été fait grâce aux moyens techniques (caméras, micros, éclairages..) du service audio-visuel de l’Université Bordeaux 1 qui a mis à disposition deux personnes. Chaque séquence a été tournée dans un lieu différent, en général proche de Bordeaux. Deux séquences ont toutefois été tournées dans des lieux plus éloignés, à Anglet pour le thème sur la pollution atmosphérique et à la Pierre Saint-Martin pour la datation des spéléothèmes.

Ce dernier tournage était le plus difficile puisqu’il a nécessité l’organisation d’une expédition dans le gouffre de la Pierre Saint-Martin. Une équipe de 11 volontaires a été composée dont la plupart n’avaient jamais fait de spéléologie, surtout dans le cadre d’un tournage avec une quantité importante de matériel (caméras, éclairages, groupe électrogène...). Il s’agissait de chercheurs et doctorants du CNAB et DYMSET, de l’équipe de l’audio-visuel de Bordeaux 1 et de deux spéléologues pour encadrer l’ensemble.

Au total le tournage s’est déroulé sur 10 mois et a impliqué une trentaine de personnes.

· Le montage.

Le montage a été fait par le réalisateur. La principale difficulté résidait dans le choix de ne pas ajouter de commentaires « off ». L’écriture devait donc permettre la bonne compréhension à partir des séquences tournées et des documents fournis par les chercheurs ou par des animations fabriquées pour l’occasion, sans ajout de précisions supplémentaires. La construction devait aussi permettre aux chercheurs participants de réutiliser des extraits du film pour leur propre communication et ce sans nuire à la continuité et la cohérence générale du film.

Le mot du directeur du CENBG

Bernard HAAS (producteur délégué du film)

Tous les acteurs qui ont participé à ce film, les intervenants, le personnel du laboratoire et tout particulièrement le réalisateur Serge Bordères, se sont enthousiasmés pour mener à bien ce défi « Expliquer en termes simples, des recherches ayant des applications dans des domaines aussi variés que la physique nucléaire, la biologie, la chimie, l’environnement, les matériaux ou l’archéologie, et qui utilisent des concepts complexes et des moyens techniques sophistiqués ». Tous se sont pris au jeu, se sont investis avec enthousiasme dans cette aventure. Bravo à tous, c’est leur film !

Dans la même rubrique :