Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Séminaires > Année 2008 > Deux études du processus de multifragmentation dans les noyaux chauds


Deux études du processus de multifragmentation dans les noyaux chauds

Eric Bonnet, GANIL Caen, Collaboration INDRA
Vendredi 18 Avril 2008

Le processus de multifragmentation des noyaux chauds, formés dans les collisions d’ions lourds aux énergies intermédiaires, peut être interprété en terme de transition de phases dans les systèmes finis. Une étude de la distribution de charge du plus gros fragment de chaque événement ($Z_1$) apporte des éléments de réponse sur les propriétés de cette transition. L’observation expérimentale de deux composantes dans la distribution du Z1 permet de faire le lien avec le comportement du paramètre d’ordre d’un système passant par une coexistence de phases. En utilisant une description de la transition dans l’ensemble canonique, une comparaison théorie-expérience a permis de faire le lien entre l’observation d’une bimodalité dans la distribution du Z1 et la présence d’une transition de phases. Des informations sur la zone de coexistence du diagramme des phases ont été déduites et le comportement spécifique de l’observable Z1 dans le processus de multifragmentation confirmé.

Les collisions centrales et périphériques produisent respectivement des sources de Quasi-Fusion (QF) et des sources de Quasi-Projectile (QP). Le processus de formation de ces sources et leurs trajectoires dans le diagramme des phases avant la multifragmentation reste une question ouverte. Si pour les collisions centrales, des études expérimentales ont mis en évidence, la présence d’énergie collective radiale d’expansion dans les sources de Quasi-Fusion, peu d’informations sont disponibles pour les collisions périphériques. Une comparaison pour différentes énergies d’excitation des propriétés statiques et dynamiques des partitions de fragments produites par les deux types de sources (QF et QP) a mis en évidence des différences sur certaines observables. Ces différences peuvent être dues à la présence ou non d’énergie collective radiale d’expansion et a posteriori à des différences dans les trajectoires moyennes pour ces deux types de sources.