Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Séminaires > Année 2009 > Description des états nucléaires peu liés et résonnants avec le Gamow Shell Model


Description des états nucléaires peu liés et résonnants avec le Gamow Shell Model

Nicolas Michel, IRFU/CEA Saclay
Vendredi 13 Février 2009 à 10h30 - Salle des Séminaires

Les noyaux se trouvant loin de la vallée de stabilité possèdent des propriétés uniques, telles la présence d’états à halos et de noyaux résonnants dès leur état fondamental. Les méthodes usuelles utilisées en théorie nucléaire ne peuvent cependant pas décrire correctement ces noyaux. En effet, le modèle en couches standard utilise une base d’états d’oscillateur harmonique, de sorte que seuls des états nucléaires bien liés peuvent y être calculés. Les méthodes de théorie des réactions, bien que faisant intervenir directement le continuum, ne prennent pas en compte toutes les corrélations nucléaires. Afin de considérer à la fois corrélations et couplage au continuum, le Gamow Shell Model a été développé. Celui-ci inclut le couplage au continuum par l’utilisation de la base de Berggren, qui contient états liés, résonnants (états de Gamow) et de diffusion d’énergie complexe, ces derniers générant une base à N corps de déterminants de Slater. Les corrélations sont traitées dans leur totalité par le mélange de configurations des états de base. Il est alors possible de calculer précisément des états à halos et résonnants de structure complexe. Les premières applications concernent les spectres des chaînes d’isotopes d’hélium, de lithium et d’oxygène, calculées avec un Hamiltonien schématique. Des observables telles les transitions électromagnétiques et facteurs spectroscopiques y ont été aussi étudiées. Le couplage au continuum est ainsi démontré être nécessaire pour décrire précisément les noyaux proches des drip-lines. En particulier, il ne peut pas être simulé par une modification phénoménologique des paramètres de l’interaction nucléaire. Les futurs développements, qui concernent l’utilisation d’Hamiltoniens réalistes et la théorie des réactions avec le Gamow Shell Model, ainsi que l’utilisation de la base de Berggren dans le modèle HFB pour étudier les drip-lines de noyaux lourds, seront abordés.

Dans la même rubrique :