Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Thématiques de recherche > Astroparticules > Animation Scientifique (enseignement, stages, vulgarisation) > COSMAX, les accélérateurs cosmiques chez soi


COSMAX, les accélérateurs cosmiques chez soi

Introduction

Le projet COSMAX est basé sur l’utilisation des données du satellite spatial Fermi détectant des rayons gamma pour réaliser des cartes du ciel et mettre en évidence des événements cosmiques intéressants (sursauts solaires, sursauts gamma, éruptions de noyaux actifs de galaxie, novas....).

JPEG - 25.4 ko

Le but du projet est de sensibiliser le grand public aux phénomènes très violents de l’Univers, qui présentent tous des propriétés extraordinaires, et dont la grande variabilité temporelle (ou le caractère temporaire) de certains d’entre eux tranche avec l’apparente immuabilité du ciel communément observée.

Les rayons cosmiques détectés sur Terre constituent la preuve la plus directe (et historiquement la plus ancienne, puisque le centième anniversaire de leur découverte a été célébré en 2012) de l’existence d’« accélérateurs cosmiques » dans l’Univers. La nature de ces accélérateurs est restée longtemps un mystère, principalement parce que les rayons cosmiques sont défléchis de manière aléatoire dans les champs magnétiques omniprésents dans l’Univers. L’information associée à leur direction d’émission par rapport à la Terre est alors perdue.

Les rayons gamma constituent un moyen privilégiée d’étudier les accélérateurs cosmiques, qu’ils soient à l’origine des rayons cosmiques observés sur Terre ou non : ces rayons sont produits uniquement par des particules de très grande énergie interagissant avec la matière, des champs magnétiques ou des radiations de basse énergie (comme la lumière) et ne subissent pas de déflexion en traversant les champs magnétiques.

Différentes classes d’accélérateurs ont ainsi été observés grâce aux rayons gamma incluant les pulsars, restes de supernova, binaires X, nova, noyaux actifs de galaxie, sursauts gamma...

Grâce à ses données d’une qualité exceptionnelle, le télescope Fermi-LAT (Large Area Telescope) a permis de faire un bond important dans notre connaissance de ces objets. La possibilité d’explorer de manière élémentaire des données du Fermi-LAT repose sur plusieurs caractéristiques particulières de celles-ci :

  • elles sont publiques (ainsi que tous les outils d’analyse), couvrant tout le ciel (un balayage complet toutes les 3 heures)
  • elles sont assez facile à comprendre (consistant en une simple liste de paramètres de photons : coordonnées dans le ciel, énergie, date de détection...)
  • elles sont disponibles rapidement (moins de 12 heures entre la détection et la mise à disposition sur internet).

Il est ainsi possible pour des non-spécialistes de générer des cartes du ciel entier (ou de régions restreintes du ciel) telles que celles illustrant la plupart des communiqués de presse issus du Fermi-LAT, portant par exemple sur des événements éphémères particulièrement intéressants (par exemple des éruptions violentes de différentes sources).

Le ciel peut également être observé « en direct » en utilisant les toutes dernières données produites (la liste des sources variables détectées à un moment donné est affichée sur le blog de Fermi http://fermisky.blogspot.co.at/).

L’évolution de la luminosité de ces phénomènes en fonction du temps peut également être suivie Les dernières nouvelles peuvent être consultées sur : ftp://www.cenbg.in2p3.fr/astropart/VM/COSMAXNews/news.html

En savoir plus sur COSMAX,