Partenaires

CNRS IN2P3 CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > FRANCAIS > Communication > Actualités >


Des chercheurs du CENBG ont mesuré des traces de radioactivité dans les vins californiens qui pourraient être attribuables à la catastrophe de Fukushima. Leur niveau, très faible, ne pose toutefois pas de risque sanitaire.

La mesure de l’activité en Cs-137 dans les vins bordelais en fonction du millésime, méthode mise au point par Philippe et Françoise Hubert il y a plus de 20 ans, est utilisée depuis plusieurs années par PRISNA Prestations.

Sans ouvrir la bouteille, elle permet d’une part une estimation de l’âge du vin contenu dans celle-ci et, d’autre part, de lutter contre le marché de vins anciens frauduleux ; En effet, le Cs-137 est un isotope d’origine artificielle, sa source dans notre environnement est due aux détonations dans l’atmosphère de bombes thermonucléaires. Le niveau d’activité est étroitement lié dans le temps avec le nombre d’essais dans l’air et la puissance des bombes. Cela est illustré par la courbe de référence établie à partir de mesures de vins dont le millésime était certain (figure ci—dessous). Avant 1952, il ne peut y avoir de Cs-137 dans le vin, ce qui est une méthode imparable pour démasquer de faux millésimes anciens, la plupart prestigieux et onéreux. À la suite de l’accident de Tchernobyl en 1986, une augmentation significative du taux de Cs-137 a été observée lors des quelques années qui ont suivi. Cette augmentation était d’autant plus importante que l’origine géographique des vins était proche du lieu de la catastrophe. En mars 2011, l’accident de la centrale de Fukushima a donné lieu à une dispersion d’un nuage radioactif qui s’est propagé au travers de l’Océan Pacifique vers la côte Ouest des Etats-Unis et, en particulier vers la Californie du Nord où se trouve la vallée de la Napa, réputée pour ses vignobles. Le niveau de radioactivité était extrêmement bas comme l’ont montré les différentes études menées localement. Toutefois, à notre connaissance, pas d’étude concernant les vins selon notre méthode n’ayant été faite, il est apparu intéressant d’analyser des vins, principalement des Cabernet Sauvignon pour les rouges et des Grenache pour les rosés, en provenance de la Napa Valley. Une série de bouteilles des années 2008 à 2015 a été ainsi étudiée selon le schéma classique de la bouteille non ouverte placée auprès d’un des détecteurs HP-Ge bas bruit de fond de la plate-forme PRISNA. Les niveaux de radioactivité en Cs-137 étant très faibles, il a fallu recourir à la méthode de réduction du vin en cendres afin d’augmenter la sensibilité de détection.

JPEG - 108.5 ko
activite en cs-137 des vins rouges de l’hemispher-2

Ces quelques mesures préliminaires semblent indiquer, pour les vins rouges, une légère augmentation de l’activité en Cs-137 à partir de 2011, ceci à des niveaux infinitésimaux sans danger pour la santé humaine. De nombreux autres points de mesure seront nécessaires pour améliorer la statistique et confirmer ou infirmer cet tendance apparente.

http://www.in2p3.fr/recherche/actua...